[Regards Croisés] Le travail des personnes en situation de handicap

mask

Vous aimez cet article, partagez-le

Regards Croisés, c’est notre nouvelle rubrique ! Chaque mois, Olivier Méril, Président de MV Group, échange avec une personne sur un thème particulier. D’abord, Olivier pose ses questions, puis c’est au tour de l’autre personne. On ouvre cette section avec Olivier et Yann, Rédacteur Web au sein du pôle Contenus de Mediaveille !


➡  Les questions de Yann à Olivier


Olivier à Yann : “pourquoi c’est si difficile pour une personne en situation de handicap de trouver un job ?”

1- Pour commencer, en termes de langage, comment préfères-tu que nous nommions les personnes en situation de handicap ? (On n’est pas toujours à l’aise)

Je suis convaincu que la formulation “personne en situation de handicap” est celle qui convient le mieux pour deux raisons majeures. D’abord parce que les termes “en situation” recouvrent la multiplicité des handicaps existants (moteur, visuel, auditif, mental, psychique..) et expriment les besoins de la personne vis à vis de situations particulières.

Ensuite, parce que le handicap est créateur de situations et d’opportunités. La sensibilité unique de la personne en situation de handicap s’est construite tout au long de sa vie et fait d’elle une véritable force de proposition et d’innovation en entreprise. En évoluant en entreprise, elle créée des situations inédites qui poussent les entreprise à innover, à se réinventer et à donner le meilleur pour le bien être de tous. 


Pas le temps de tout lire ? Regardez la vidéo récapitulative d’Olivier Méril ! 👇


2- Peux-tu me dire ce qui a déclenché la demande de stage que tu m’as transmise ?

Mon professeur de Gestion Projet et Méthodes Agiles à l’ESG Rennes m’a parlé de la conférence TEDx que tu as donné “Savoir tendre la main”. Je l’ai visionnée sur YouTube le soir même. Au fil de tes mots, j’ai immédiatement identifié les valeurs qui me font vivre chaque jour. À savoir qu’un bon projet, c’est d’abord la rencontre de la passion et des idées. Si l’on parvient à imaginer un projet, c’est qu’il existe un chemin pour le réaliser très concrètement. Tout est possible.

C’est une question de volonté et d’initiative. Il faut montrer la voie et être inspirant pour que les choses changent !

Yann pendant sa conférence

3- Selon toi, qu’est-ce qui explique que ce soit si compliqué pour une personne en situation de handicap de trouver un job ?

Je vois deux raisons assez évidentes à cela. Dans notre pays, il y a un cruel manque de sensibilisation au handicap ainsi que de projets inclusifs avec les personnes valides. La preuve en est que dans l’imaginaire de bien des gens, une personne en situation de handicap est une personne en fauteuil roulant qui reste chez elle sans rien faire. J’imagine alors que beaucoup d’employeurs pensent que la personne en situation de handicap va constituer un frein à l’activité de leur entreprise. Parfois, certains employeurs doivent même assez vite penser à lui confier des tâches basiques et absolument pas valorisantes car ils ne savent pas comment réagir face au handicap.

La seconde raison, c’est le manque fort d’aménagement des structures. Dans mon cas, j’ai constaté que de très nombreuses entreprises n’étaient pas équipées d’ascenseur. Ou pire, j’ai même visité des entreprises équipées d’ascenseurs mais avec un grand escalier qui y mène, c’est un non-sens ! Il faut échanger, il faut parler pour identifier les problèmes et trouver les solutions.

Vous souhaitez identifier les amélioration à apporter en terme d’accessibilité dans votre entreprise ? Invitez donc une personne en situation de handicap à y évoluer et serait-ce qu’une journée… Vous aurez toutes les réponses !

4- Sais-tu pourquoi, côté entreprise, nous ne recevons pas beaucoup de candidatures où est clairement précisée la situation de la personne ?

Encore une fois, je pense que ce phénomène est directement lié à un cruel manque de sensibilisation sur le handicap et à l’imaginaire totalement erronée que le handicap renvoie aujourd’hui. Si bien que la personne en situation de handicap peut se dire, lorsqu’elle postule, que de parler de son handicap ou du fait qu’elle soit titulaire de la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé va lui amener bien plus de difficultés que de solutions.

À l’inverse, on pense aussi qu’en évoquant le handicap, l’employeur ne va plus voir que cette problématique et s’en faire tout un monde, sans aborder les compétences de la personne qui peuvent être pourtant uniques. 

5- Sais-tu ce que ta présence a apporté dans l’équipe du pôle Contenus de Mediaveille ?

À vrai dire… Pas vraiment ! Je sais surtout que tous les employés de MV me voient évoluer et être productif ! MV Group a été à l’écoute dès le départ pour me proposer des solutions correspondant à chacun de mes besoins. Par exemple, je vais travailler grâce au covoiturage et lorsque je suis trop fatigué, je peux aller me reposer dans les salles de repos et utiliser les équipements disponibles pour les employés.

Si bien qu’à la fin de la journée, non seulement je suis heureux d’avoir exercé ma passion dans les meilleures conditions, la rédaction Web, mais surtout, il me reste encore de l’énergie à la fin de la journée ! Grâce à tous ces aménagements, j’ai vraiment l’impression d’avoir un nouveau corps depuis que je travaille à Mediaveille.

Je découvre qu’il est possible de concilier mon handicap et ma vie professionnelle et j’ai des retours très positifs sur mon travail de la part de mon équipe. C’est un grand bonheur ! 

L'équipe de contenus MV Group
L’équipe des contenus de MV Group

6- Quel a été ton sentiment quand tu as su que tu étais pris ?

J’étais le plus heureux du monde ! J’ai justement eu le sentiment qu’on avait enfin pu percevoir qui j’étais réellement, bien au delà de mon handicap. J’avais su communiquer mon parcours, mes valeurs, mes compétences et mon envie ! Lors de l’entretien, j’ai exprimé ma passion et on l’a reçue. C’est le plus beaux le plus beau des cadeaux pour moi ! 

7- Et ça a changé quoi dans ta vie depuis ?

Depuis que je suis à MV Group, je suis encore plus épanoui qu’avant ! Se lever le matin pour faire ce que l’on aime et en confiance, qu’y a t-il de mieux ? J’exprime librement mes compétences et mes idées pour contribuer à l’entreprise au quotidien.

MV Group a placé sa confiance en moi et réciproquement. J’espère de tout cœur que l’on continuera à faire grandir l’entreprise tous ensemble et pour longtemps !

Yann Leroux et Olivier Méril
Yann et Olivier


 ➡  Les questions d’Olivier à Yann


Yann à Olivier : “Que faudrait-il faire pour des entreprises plus solidaires ?”

1- Les personnes en situation de handicap possèdent un parcours différenciant et sont dotés d’une sensibilité particulière sur ce qui les entourent. Elles constituent une véritable richesse en terme de créativité et d’innovation. Comment expliques-tu que les employeurs s’en privent encore beaucoup aujourd’hui ?

Je pense que beaucoup d’entreprises ne voient que des contraintes et pas forcément les opportunités que ça peut créer. C’est un sujet qui n’est pas simple pour beaucoup de recruteurs. A la fois nous n’avons pas beaucoup de candidatures de personnes en situation de handicap, et parfois nous en avons mais ne l’annoncent pas forcement en entretien d’embauche. Le problème, c’est que beaucoup d’entreprises ont tendance à mettre les gens dans des cases, les candidats ne vont pas en parler, alors que dans certaines entreprises, ça peut devenir un atout car elles sont en dessous des obligations légales. D’un autre côté, si la personne n’est pas retenue pour des raisons de compétences, elle peut penser que c’est a cause de sa situation. 

Chez MV Group, nous avons eu aussi des personnes qui auraient pu être reconnue « travailleurs handicapés » mais qui ne souhaitaient pas ce statut. On voit que c’est un sujet complexe et très personnel.

2- J’ai débuté ma première expérience professionnelle en stage à Mediaveille le 7 janvier 2019. Mon arrivée au sein de MV Group a t-elle eu des conséquences pour ton entreprise ?

Oui elle a eu des conséquences extrêmement positives. D’abord, ton embauche, m’a montré que mon équipe partage les mêmes valeurs que moi. J’ai été super content quand j’ai su que tu avais été brillant à ton entretien. Ensuite, j’ai appris 15 jours après qu’un élan de solidarité s’était fait autour de toi, pour organiser un covoiturage pour t’éviter de prendre le bus le matin et soir. J’ai trouvé ça top, ça s’est organisé naturellement sans aucune consigne, c’est encore plus beau.

Mais tout ce qui t’arrive, n’est pas lié à ta situation, mais a ta personnalité. Tu t’es intégré dans l’équipe et tu as su comprendre les fonctionnements de l’entreprise, notamment en échangeant avec Alexis, notre Happiness Manager. Il a été touché par votre échange et ton histoire. C’est comme ça que naturellement, nous t’avons proposé de réaliser ton « Ted X » lors de notre séminaire groupe du 5 Avril dernier.

Quel moment formidable tu nous as offert et quelle leçon de vie tu nous as donnée ! Sans être larmoyant, tu as su trouver les mots (c’est normal, c’est ton métier  😀  ), glisser de l’humour , et nous rappeler qu’il faut vivre ses rêves.

Quelle chance nous avons eu de vivre ce moment grâce a toi. En seulement 3 mois, tu nous a apporté beaucoup plus que nous et en plus à 200 personnes ! 

Collaborateurs MV Group durant la conférence de Yann

3- Je suis titulaire de la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé. Ma présence engendre t-elle un coût particulier pour MV Group ?

Non, aucun coût supplémentaire : dans le groupe, nous ajustons les postes selon les besoins de chacun. S’il avait fallu adapter ton poste nous l’aurions fait.

Nous sommes attachés a ce que chacun soit bien dans son travail, cette règle est valable pour tous.

Tu sais que ça pourra même être l’inverse pour l’entreprise. Nous payons aujourd’hui une taxe car nous n’avons pas le nombre de personnes minimum travailleurs en situation de handicap, en intégrant MV Group, ça diminuera la taxe 😉

4- Quelle est ta vision de l’entreprise idéale et quelles expériences t’ont poussé à faire de MV Group ce qu’il est à ce jour ? 

Depuis la création du groupe, nous avons la volonté d’être une entreprise exemplaire et « socialement responsable ». Pour nous, une entreprise doit contribuer à améliorer la société en général et être au service des gens, et pas l’inverse. J’essaie de construire notre entreprise, comme j’aimerai que mon pays soit. Un lieu ou chacun s’épanouit dans son travail, apprend en permanence pour apporter le meilleur niveau de service à nos clients et une relation saine.

Dans le groupe, nous avons tous la volonté de savoir vivre ensemble et de profiter des différences de chacun. C’est une richesse exceptionnelle pour une équipe d’avoir des profils d’horizons différents. 

La mixité sociale, ethnique,  les jeunes et les moins jeunes, les femmes et les hommes, les personnes en situation de handicap, les diplômés ou non diplômés au final ne sont pas sujets chez nous, nous recherchons des personnalités qui partagent nos valeurs, sont passionnés, qui ont une capacité d’apprentissage importante pour en faire profiter nos clients. Nous développons beaucoup l’intelligence collective, ce qui permet d’avoir des réponses beaucoup plus pertinentes. Il ne faut pas oublier que nos clients aussi sont tous différents, ça aide a mieux les comprendre.

Au final, on veut bâtir une entreprise où il fait bon vivre : on passe beaucoup de temps au bureau, autant que soit de bons moments. 

4 collaborateurs MV Group en réunion

5- As-tu déjà fait appel à des ergonomes afin d’adapter le poste de travail d’un employé en situation de handicap ou victime de maladie professionnelle ? 

Pour les locaux nous avons fait appel a un décorateur spécialisé dans l’agencement de bureaux et un prestataire spécialisé dans le mobilier qui nous a sensibilisé sur le sujet. Mais on ne peut pas dire qu’il s’agit d’un ergonome. 

Nous avons tenté d’appliquer les bonnes recommandations fournies par la médecine du travail. Il n’y aurait aucun problème pour le faire si un salarié en avait le besoin. Jusqu’à ce jour les demandes ont porté sur une adaptation des rythmes de travail, ce qui ne nous a posé aucun souci. Nous avons tous en tête que la maladie ou le handicap peuvent frapper chacun d’entre nous, et on voit bien que le travail est un excellent moyen de faire face à ces épreuves.

6- Chez MV Group, je découvre que je peux concilier ma vie professionnelle et mes problématiques de santé. Selon toi, que faudrait-il faire pour aller encore plus loin en matière de solidarité dans le monde de l’entreprise aujourd’hui ?

Moi j’ai une vision positive du travail, quand ça se passe bien c’est un lieu d’épanouissement et social pour chacun d’entre nous. Personne n’est heureux d’être chez lui toute la journée. Mais c’est vrai que pour les personnes en situation de handicap, c’est encore plus positif, car pendant 8 heures, c’est un bon moyen de penser à autre chose. 

Les nouvelles générations sont beaucoup plus solidaires « naturellement », on sent que se sont des sujets qui commencent à interpeller de plus en plus de monde. Pour que ça change, il faut en parler et témoigner de façon positive. 

C’est de la responsabilité des dirigeants de montrer l’exemple et de prouver aux plus récalcitrants les bienfaits qu’ils peuvent générer pour la personne et pour leur entreprise.

Et puis, il faut des témoignages forts, comme tu l’as fait chez nous, mais maintenant, il faut prendre la parole en dehors de MV Group pour faire changer les choses. Ton premier rêve était de réussir à marcher, maintenant, tu peux t’attaquer à ton deuxième rêve, en faisant une conférence TedX.

Je sais à l’avance le succès que tu remporteras, dans la salle, mais surtout dans les mentalités de chacun.

Découvrez l'intégralité des billets d'Olivier Méril

Olivier Méril

La stratégie digitale est un univers passionnant à explorer et encore plus à partager. Avec mes collaborateurs, nous avons à coeur de vous communiquer notre expérience et notre savoir-faire.

mask

Vous aimerez aussi

Je suis allergique… aux réunions

Cette allergie est apparue au fil des années. Au départ comme tout le monde, quelle fierté on...

Lire la suite

Mon travail… Un ami de 30 ans

C'est le 26 décembre 1989, que mon aventure professionnelle a commencé. Oui un lendemain de...

Lire la suite
Haut de page